Céline Agniel

Céline Agniel Directrice artistique

Après une formation théâtrale à la Comédie de Saint Etienne, et une formation en danse contemporaine à Lyon, elle fait des études de Philosophie à Paris. Elle travaille à partir de 1994 comme assistante à la mise en scène ou collaboratrice artistique avec : Jean-Pierre Vincent (Théâtre Nanterre Amandiers), Patrice Bigel – Cie La Rumeur (Choisy-le-Roi), Milos Lazin (CDN Montluçon), Renaud Danner (CDN Bordeaux), Jean-François Peyret (MC93 Bobigny), Bernard Lévy (CDN Aubervilliers) et Belisa Jaoul (TN Chaillot). Elle travaille également pour le cinéma comme assistante monteuse ainsi qu’en production.

Avec la compagnie têteÀcorps, Céline Agniel crée : « Fragments du Journal d’un chien » d’après O. Panizza, à l’Apostrophe, SN de Cergy Pontoise, en 2001 et  « Quand j’étais singe » d’après F. Kafka à La Filature à Mulhouse en 2005. Deux spectacles qui parlent du point de vue de l’animal et interrogent la société humaine à travers sa folie et ses systèmes d’exclusion.
« Des lambeaux noirs dans l’eau du bain » de S. Joanniez, au TEP, en 2006 et « Ephémère » d’après Woolf, Théâtre Paris-Villette, en 2010, deux créations qui affirment un point de vue de femme face à la question « Qui suis-je ? ».

Elle est engagée dans la transmission auprès d’adultes amateurs et en milieu scolaire, notamment pour le théâtre de la Commune CDN d’Aubervilliers dans le cadre de l’Option Théâtre au Bac (pendant 8 ans) et plus récemment dans des écoles, collèges et lycée en Poitou-Charentes ainsi qu’à l’Université de Poitiers.

Elle poursuit également un travail expérimental et prolonge sa réflexion sur la folie et l’exclusion en montant des spectacles avec des personnes en difficultés sociales ou psychiatriques, notamment « Femmes en folies » à l’Espace 93 de Clichy-sous-Bois en 2009 et « Ah nos amours » d’après R. Barthes, au Centre Culturel de la Courneuve en 2013.
En 2014 la compagnie s’installe à Poitiers où elle met en oeuvre “Mon corps / Ma cage », “Une affaire d’âme“ de I. Bergman, et « Des petites phrases courtes » d’après Pierrette Fleutiaux.